Voilà que le mois de février commence généreusement avec de nombreux festivals comme celui de Nantes. Celui qui nous intéresse et qui débute aujourd’hui, c’est le festival de Clermont-Ferrand, un lieu qui réunit une centaine de milliers de cinéphiles prêt à dévorer une centaine de court-métrage. Entre la 38ème  compétition nationale et la 28ème compétition internationale, le festival est un lieu de découverte qui réunit les professionnels au marché du film court et les cinéphiles dans les cinémas du festival. Rencontres et ateliers sont au rendez-vous, bon nombres de pays y participent de quoi vous proposer un dépaysement adéquat.

 

Affiche de Clermont Ferrand

 

Pour vous donner un aperçu, Je vous ai dégoté un court métrage à l’efficacité grandiose qui parle d’une femme toxico qui fait appel à un mystérieux inconnu qui serait en possession d’un remède miraculeux. Xavier Mesme ne sera pas à Clermont-Ferrand cependant son court métrage y est inscrit ainsi qu’au festival « nouveaux cinémas » de Paris.

Une journée avant le grand départ pour la ville de Clermont-Ferrand, j’ai rencontré le réalisateur de The Cure dans un café parisien.  Il affirme que c’est son premier court-métrage produit par Gengiskhan Production, avant cela il explique avoir autoproduit une petite dizaine de court-métrage, teaser et projet de série. Il a eu la chance d’avoir une équipe conséquente de 30 personnes.  Si je lui pose cette question c’est parce que je suis impressionné par la qualité proposé, que ce soit pour la photographie ou le Sound design. En grand bavard je continue à lui livrer mes impressions pour enchainer sur la manière dont il a réussi à trouver une production. « J’avais écrit ce scénario, je l’ai proposé à pas mal de « prod », le problème des  scénarios de genre en France c’est qu’il est difficile de trouver des producteurs qui veulent y aller, mais j’ai trouvé le producteur qui a accepter de se mettre au défis, mais fallait chercher des fonds à côté, des subventions… qu’on n’a pas eu ».

« Entre le moment où je l’ai écrit et le moment où je l’ai tourné il s’est passé deux ans. »

Dans son histoire, Xavier Mesme nous présente des personnages principaux totalement adéquats à l’histoire, cependant il m’apprend que le personnage féminin Caroline Fauvet a été choisi en casting sauvage en festival, et Nicolas Buchoux a été présenté par les producteurs.

Le film est tourné en anglais, le réalisateur m’explique que c’est d’abord par plaisir de travailler dans cette langue et parce que ce genre de court métrage est réellement efficace. Scène de la porte, personnage principale, l’Exorciste et Buffy contre les vampires ; c’est pour le réalisateur un court métrage plein d’hommages. Un film qui joue avec le spectateur qui rappelle aisément Usual Suspect, Xavier n’est pas un scénariste pour rien, un certain talent d’écriture en ressort  « J’aime jouer avec le spectateur, j’aime être surpris. Illusion, double identité et faux semblant, c’est vrai que j’adore ce petit jeu. » Pour finir notre discussion Xavier me livre une anecdote de tournage  « 30 dans un petit appartement quand il y a des enfants qui courent… » donc un petit conseil si vous tournez un film dans un petit appartement faites en sorte qu’il n’y ait pas d’enfants comme voisin ou choisissez de tourner en studio !

Affiche du court-métrage The cure

Affiche de The Cure

Et un dernier pour la route mais qui gâcherait le plaisir du film pour ceux qui ne l’auraient pas vu  -spoiler- « on a moulé des dents de l’acteur car il joue un vampire, il revient le jour du tournage et il me dit «  je suis allé chez le dentiste il m’a brossé un peu les dents » et on a plus réussit à lui remettre ses fausses dents. »   -spoiler- de quoi ajouter du suspense au tournage.

N’hésitez pas à aller au festival, il ne reste plus que deux jours donc dépêchez-vous !

Pour être court, faites des festivals.