Février est le mois des remises de prix, après les Césars et les Oscars pour les plus connus, j’ai décidé de revenir sur une cérémonie plus intimiste qui a pourtant fait parler d’elle sur les réseaux sociaux. On pense bien sûr au  Nikon Festival. Présidée par Jacques Gamblin, la soirée de remise des prix a eu lieu le 18 février au cinéma Mk2 Bibliothèque François Mitterrand où la place est à 4,99€ pour les moins de 25 ans avec à l’affiche des films divers et qui comme tout MK2 porte un intérêt touchant au court métrage (via le Nikon Film Fest ou les soirées Bref par exemple).

Publicité terminée, parlons de l’événement en lui-même. Bons nombres de représentants du court-métrage et surtout du long étaient présents dans le jury. Dans les membres nous avions l’incontournable Pascale Faure responsable des programmes courts de Canal +, Eric Guichard directeur de la photographie, Cyprien youtubeur et d’autres.

Venons-en à la question tant attendue, comment réussir une cérémonie, qu’elle soit privée ou diffusée ?

Prix de la mise en scène : Je suis Tunisie 2045

Prix de la mise en scène : Je suis Tunisie 2045

Règle numéro 1 : Bien choisir le président du Jury/ Maître de cérémonie.

Quoi de plus important qu’un président éloquent, quelqu’un qui sait ne pas répéter ce qui a été dit les années précédentes, quelqu’un qui ne psalmodie pas et ne reste pas accroché à ses notes. Prendre un homme du théâtre,  Jacques Gamblin était le bon choix. Il nous a joué un discours d’ouverture efficace qui a su mettre de bonne humeur. Cette humeur arriva par la bonne anecdote de Gamblin concernant le visionnage des 50 courts métrages qui s’était tenu dans une salle qui puait la « merde ». Ne s’arrêtant pas là il s’est ensuite amusé à théâtraliser l’affrontement des jurés pour discerner les prix.

Règle numéro 2 : La durée !

Il ne faut pas se mentir, quand c’est long ce n’est pas forcément meilleur. On en trouve encore un  exemple récent avec la cérémonie des Césars qui a été condensée, lui permettant en conséquence d’être regardable sans piquer du nez. La cérémonie du festival Nikon était rythmée et a duré moins d’une heure. Le format des films de lauréat étant de deux minutes, on avait droit à une sorte de pause en visionnant le film lauréat. La soirée s’est résumée à : une remise de prix par les membres du jury, le visionnage du film gagnant, quelques échanges avec les gagnants et rebelote.

Règle numéro 3 : La surprise.

Avoir quelques tours sous la main peuvent aider. Ce fut le cas avec la diffusion du nouveau court métrage de l’ancien lauréat, d’une durée double et cette fois produit par Canal. Puis on a eu le droit à un échange avec l’ancien lauréat du grand prix et on a appris qu’elle a été la suite de ses aventures. Ainsi pour une bonne cérémonie, organisez quelques surprises même de petites tailles afin de faire passer un bon moment aux nominés et spectateurs…

Jury du Nikon Festival

Jury du Nikon Festival

Avec ces trois règles vous serez prêt pour organiser une cérémonie, et vous comprendrez ce qui ne va pas chez les autres. Le Nikon Festival a réuni ces trois règles et alimente ainsi l’espoir de pouvoir créer de plus en plus facilement grâce à une technologie de plus en plus accessible. Prenez votre caméra, votre téléphone et filmez, jouer avec les obstacles. Eux ont réussi, pourquoi pas vous ?

Le (très) court métrage du grand prix du Jury est à retrouver sur le site du Nikon Film Festival et dans les MK2 en complément de certains longs

http://www.festivalnikon.fr/video/2015/723